Publié le dans la catégorie : Contribuez au Wapiblog, Nature

Belœil par monts, vaux et canaux

Cette balade, en boucle, d’environ 16 km, peut être faite à vélo ou à pied avec ou sans accompagnateur. La durée du trajet est d’environ deux heures. Le trajet a été conçu dans le but d’éviter les grands axes routiers et de nous faire profiter du « grand air » au maximum. Toutefois, il est inévitable d’emprunter ou de traverser des axes à circulation plus dense. Il conviendra donc d’observer les règles du code de la route et que chacun soit conscient de sa responsabilité en la matière, notamment dans l’encadrement des plus jeunes. Ce trajet ne requiert pas de dispositions physiques spéciales, il est faisable par tout un chacun disposant d’un minimum de condition physique. Hélas, de par certains endroits (pavés et chemins forestiers), il n’est pas adaptable aux personnes à mobilité réduite.

Notre périple débute au musée de la Bonneterie et du négoce de la Toile, rue Paul Pastur à Quevaucamps. Nous nous dirigeons vers la rue Wauters que nous empruntons vers la gauche. Il est conseillé, vu la circulation, de rouler en file prudemment, l’état de la chaussée (nombreux nids de poule) incitant à la prudence. Nous passons devant les écoles communales et après environ 1 km nous virons à droite dans la rue Fenèque. Nous empruntons le côté droit de la fourche et entamons une légère montée vers le point-nœud  17, sur un chemin pavé, bien de chez nous. Prudence donc !  Après 800m, nous voilà arrivés à hauteur du Moulin d’en Haut, sur votre droite. Ce moulin avait été transformé en poste d’observation par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale dans le but d’avertir la base aérienne de Chièvres, alors allemande, de l’arrivée de bombardiers alliés. Des renseignements plus complets à ce propos peuvent être obtenus auprès de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de Beloeil (ASPB).

Deux cents mètres plus loin nous arrivons au point-nœud 17, au lieudit « le fouan » (la taupe en patois).  Nous virons à droite vers le point-nœud 26. Nous empruntons un petit chemin de campagne et atteignons bientôt un des points les plus hauts de l’entité où la vue porte à des kilomètres. Nous arrivons au km 5, et traversons la chaussée Brunehaut. Nous sommes dans le chemin du Piquet. Au loin se trouve la maison du garde ainsi nommée de par la présence, jadis, d’un garde forestier. Nous sommes au point-nœud 26, notre compteur indique 6,5km. Nous continuons vers le point-nœud  27 atteint après… 100m!

Nous nous dirigeons vers le point-nœud 28. Après quelques centaines de mètres, nous tournons à droite dans le chemin du major ou au km 8 (point-nœud 28).C’est aussi le point-nœud 0 du circuit de la Wallonie picarde. A votre gauche s’offre une superbe vue sur le château de Belœil et le grand étang. Poursuivons vers le point-nœud 29 atteint très vite. Nous bifurquons à gauche dans la rue de Favarcq vers le point-nœud 89. Nous atteignons ce point et arrivons dans la Grand rue de Belœil, avec à votre gauche le monument de Diane chasseresse et le bureau de l’Office du Tourisme. Nous continuons tout droit vers la grand place de Belœil, au km9, avec devant vous le monument du Feld Maréchal de Ligne, surnommé par les Belœillois « le bonhomme ».

Nous nous dirigeons légèrement en oblique vers la gauche et empruntons la rue Dr Ronflette du nom d’un médecin de l’entité. Après deux cents mètres nous arrivons en haut de cette rue où se trouve le monument du Dr Ronflette, élevé en hommage à ce médecin, par la population reconnaissante. Nous laissons le monument à notre droite et « plongeons » dans la descente vers le canal. Nous arrivons au Km 10 et abordons le canal Ath-Blaton, au point-nœud 82. C’est le début du parcours le long du canal sur notre entité. A gauche, le canal borde l’entité de Chièvres (Huissignies). Nous nous dirigeons vers la droite par le chemin de halage vers le pont de Grosage et le point-nœud  30. Nous longeons à droite, après le pont, la fonderie Jadot, ou du moins ce qu’il en reste. Cette fonderie était jadis prospère et notamment connue pour ses aciers au manganèse… Au détour d’une petite boucle, nous découvrons la malterie du château autrefois dénommée « franco-belge ». Redynamisée voici quelques années, elle exporte ses orges et malts vers de nombreux pays.

Continuons toujours tout droit, vers le point-nœud 30.Remarquons que, tout au long du canal, nous pouvons encore voir le tracé et le talus de l’ancienne ligne de chemin de fer. Nous atteignons maintenant les Ecacheries, hameau de Belœil, au lieudit « pont des Ecacheries ». Nous traversons la rue Dr Roland (autre médecin de l’entité) et passons sur le côté droit de la barrière se présentant en face de nous. Une centaine de mètres plus loin, nous apercevons les restes d’un pont dénommé « pont du Cosaque » qui a sauté lors de la dernière guerre. La maison sur votre droite est l’ancienne gare des Ecacheries. Nous sommes au km 12.

Nous quittons ici le canal en empruntant à droite la rue Robert Dremière, du nom d’un résistant fusillé par les Allemands. Nous approchons de la grande route (Rue des Viviers au Bois). Nous la traversons et nous nous engageons par un sentier forestier dans le bois. Il convient ici de rouler en file indienne en gardant une certaine distance entre usagers. Nous continuons toujours tout droit. Nous remarquons que le bois est essentiellement composé de conifères et plus précisément de mélèzes, un conifère qui perd ses épines à l’automne.

Après deux kilomètres et demi de ce parcours sylvestre, nous débouchons sur les bornes d’entrée du bois et arrivons dans la rue Emile Royer que nous empruntons jusqu’à sa jonction avec la Chaussée Brunehaut. Nous nous dirigeons à gauche en traversant cette route via le passage pour piétons situé un peu sur la droite. Après une centaine de mètres, nous virons à droite, par la place du Patûrage et au rond-point à gauche, entrons dans la rue Wauters sur deux cents mètres puis nous virons à gauche dans la rue Paul Pastur où nous regagnons le musée de la Bonneterie après un périple d’environ 16-17 km.

 

En bref :

–  Départ : Musée de la Bonneterie (rue Paul Pastur, 62 – 7972 Beloeil)
–  Prendre direction rue J. Wauters, tourner à gauche et prendre la 1ère à droite, vers le point-nœud 17.
–  Points-nœuds à suivre : 17 – 26 – 27 – 28 – 29 – 89 – 82 – 30
–  Continuer ensuite tout droit et tourner à la 1ère à droite, rue Robert Dremière. Traverser la rue des Viviers au Bois et entrer dans un sentier forestier. Continuer tout droit. Après 2,5 km, continuer sur la rue Emile Royer. Tourner à gauche sur la Chaussée Brunehaut. Prendre la 1ère à droite, puis à gauche au niveau du rond-point, direction rue J. Wauters. Tourner à gauche, rue Paul Pastur. Retour au Musée de la Bonneterie.

 

Portrait de notre Wapitrotteur invité du jour :

Robert  LESTRADE est un de nos très actifs testeurs vélo. Pensionné, il profite de son temps libre pour s’adonner à ses passions : le vélo, la photo et l’aviation. A noter que Robert est aussi historien à ses heures et secrétaire de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de Beloeil (aspb.be).

Invité

Envie de partager vos expériences de visite, de balade, de séjours en Wallonie picarde ? Devenez contributeur au Wapiblog ! Plus d'infos : www.visitwapi.be/blog/contribuez-au-wapiblog/contribuez-au-wapiblog

Des idées
Séjours

Découvrez la Wallonie picarde en plusieurs jours grâce à nos offres séjours !

Tous nos séjours
Article précédent

Sur les sentiers réhabilités du Pays des Collines