La Parure de cheminée diabolique

 

MUSÉE DE FOLKLORE VIE FRONTALIÈRE

La Parure de cheminée diabolique

Présenté par : Véronique Van de Voorde, Conservatrice du Musée de Folklore vie Frontalière

Les trois personnages, décorant l’horloge centrale et les deux chandeliers, possèdent tous les attributs de l’être machiavélique. Les visages, particulièrement teigneux, se distinguent par un nez busqué, des yeux étirés, des amorces de cornes sur le front et des oreilles pointues.  Les corps décharnés sont vêtus d’une tunique en lambeaux, ceinturée à la taille. Les mains et pieds, aux phalanges allongées, se terminent par des griffes acérées. De longues ailes, ressemblant à celles d’une chauve-souris, poussent dans le dos. Et, comme pour adoucir l’épouvante qui se dégage de leur image, tous trois jouent d’un instrument de musique et portent des grelots aux chevilles.

 

Mais qui a donc choisi de placer, sur sa cheminée, cette étrange parure aux allures diaboliques avant qu’elle ne rejoigne les collections du Musée ?  Ou alors l’artiste a voulu créer une métaphore des « anges musiciens » ? Mais il est certain que dans la pénombre, lorsque la flamme des bougies vacillait sur les sculptures, le spectre de l’enfer s’invitait dans le salon…

Plus d'infos sur le Musée de Folklore vie Frontalière de Mouscron. 

Ce contenu vous a-t-il plu ?

Merci d’avoir cliqué !

14 utilisateurs ont aimé ce contenu Cliquez sur le cœur pour aimer ce contenu